AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 20:59


beauregard, zadig ethan
" The money, the money is getting in the way. Anyway you look at it it's looking at your face. Standing in line on a windy day. You're pushing it along, it's pushing you away. I won't regret anything I say. Why do people care what I think anyway ? We could forget about the trouble and the pain and leave it in the water let it water down the drain "

NOM(S)Beauregard, un nom connu depuis que l'enfant unique, le fils prodige est devenu une vrai terreur sur les terrains de tennis. Si, si, vous avez surement déjà entendu ce nom au détour d'une pub pour yaourt, ou lorsque vous parliez de la dernière affiche nike ou adidas affiché juste devant chez vous. PRÉNOMSZadig, un prénom simple et très ancien à la fois. Son second prénom lui vient de son arrière-grand père, Ethan. SURNOMSécrire ici DATE ET LIEU DE NAISSANCE14 février, montréal ÂGEvingt-cinq ans NATIONALITÉcanadien. MÉTIER/ETUDESGérant d'un label indépendant, auteur et compositeur. SITUATION FINANCIÈREbien trop aisée STATUT CIVILcélibataire depuis un moment, il a toujours été très volage, mais les choses ont changés. GROUPEvert AVATARJosh Beech EST-IL UN SCÉNARIO/PRÉDÉFINIS ? ∞ Aucun des deux. CRÉDITS ∞ natalies-gifs.tumblr & sugar slaughter

compréhensif, faussement arrogant, vif, têtu, talentueux, grande gueule, sportif, renfermé, souriant, orgueilleux, mélomane, égoïste.



Ancien tennisman, il n’a perdu que deux match, un car son père l’a trop énervé, le second à cause de sa jambe cassé.★ est un grand passionné de musique depuis toujours, mais ses parents ont toujours refusé de lui payer des instruments ou de développer sa passion★ son avenir était tout tracé, il était certain de finir parmi les plus grands tennisman du moment★ a commencé à boire, fumer, sortir après son accident ; avant celui-ci il subissait une diète très sévère et ne s’imaginait même pas manger une glace ★ est ambidextre, ce qui l'aidait pas mal au tennis ★ a l'école, il était le charmeur de ses dames et un vrai enfoiré avec les autres gars ★ a appris à jouer de la guitare, puis du piano et de la batterie tout seul, sur internet ★ n’est pas entièrement aveugle, pour lui le monde est un ensemble d’ombre, il est incapable de voir se dessiner un visage devant lui, ou reconnaître la couleur de quelque chose, mais il voit encore des silhouettes trop floues à son gout★ aimait rouler en moto par le passé★ s’est craché en moto il y a six ans★ durant ces six années il n’a rien fichu à par boire, fumer et trainer dans des endroits louches ★ aime bien la pluie★ boit énormément de café ★ écoute sans arrêt de la musique, c’est la seule chose qui lui a permis de tenir le coup après son accident ★s’est énormément détaché de ses parents depuis qu’il a repris sa vie en main, néanmoins ces derniers s’inquiètent pour lui ★ aurait aimé devenir chanteur et interprété lui-même ses compositions, mais il est complexé à cause de sa vision qui ne lui permettrait pas de tenir sur une scène sans créer un drame, le seul endroit où il ose encore chanter et jouer c’est son studio ★ passe plus de temps enfermé dans son studio que chez lui ★ il lui arrive de passer des nuits blanches à travailler sur des morceaux, il adore ça


informations sur le joueur:
 



Dernière édition par Zadig Beauregard le Sam 5 Jan - 21:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 20:59

~ never let me go.

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m3kwzj9FBH1qb2wlco1_500C’est légèrement ruisselant de sueur que je m’arrêtais après avoir fini mon footing du matin. M’étirant contre le mur séparant le terrain de tennis, que mon père avait aménagé il y a un an, du reste du jardin, je soufflais un coup espérant pouvoir échapper à l’entrainement du matin aujourd’hui. Comme d’habitude, mon père arriva sa casquette siglé d’un Z.B. en mon honneur, ainsi que sa raquette d’entrainement à la main. « Arrêtes de faire ta feignasse, tu dois t’entraîner. » Me redressant, je soufflais dans mes mains car la température n’était pas idéal pour un entrainement en extérieur. « Papa, il fait froid, je pensais aller prendre une douche puis aller en cours. » Mon père s’arrêta avant de se retourner vers moi, affrontant tant bien que mal le regard glacial de mon père, je savais que je n’avais pas le choix. Il allait me dire que je n’avais pas le droit de rater un entrainement, qu’il y avait d’autres qui attendaient d’être aussi doué que moi, toujours la même chose, le même refrain, la même rengaine énervante. Je finissais par céder, assez rapidement, je savais que ça ne servait à rien d’aller contre mon père, c’était le meilleur entraîneur du pays, je n’avais encore jamais perdu un match, pas même en entrainement. Mes adversaires me craignaient, les gens en ville me connaissaient, j’étais une petite fierté pour le quartier, le gamin qui réussissait tout. On s’arrachait mon image comme si j’étais une star de cinéma, pourtant je me contentais de taper dans une balle. Enfoncé dans mes pensées, je perdais le fil de l’entraînement, c’est alors qu’une balle vint s’écraser sur mon torse. Reculant face au choc, je grimaçais alors que mon père s’énervait : « Tu as la tête ailleurs ! Concentres toi Zadig ! Tu as beau avoir un très bon jeu des deux mains, ton bras gauche reste faiblard. » Je ne pris pas la peine de répondre habitué à ce que mon père s’énerve.

C’est en courant que je traversais les portes de mon école. Habitué à mes arrivées tardives, le professeur ne s’en formalisa pas me demandant simplement d’aller m’asseoir en silence. Comme toujours, tous les yeux ce sont posés sur moi quand je suis arrivé. J’étais une espèce de phénomène pour l’école, il fallait dire qu’avoir m’a renommé à treize ans et demi, ça n’était pas donné à tout le monde. J’avais commencé à jouer au tennis lorsque j’ai eu la force de tenir une raquette dans mes mains, il fallait dire que mon père avait toujours rêvé de devenir joueur professionnel. A défaut de l’être devenu, moi j’y étais arrivé. Entrainement matin et soir, compétition dès que j’en avais la possibilité, entrainement toute l’année, ma vie était réglée sur le tennis, je ne pensais, ne vivais, ne buvais, ne mangeais que ça. Parfois il m’arrivait de me demander si j’étais heureux comme ça, c’était une question plutôt dure à laquelle je n’avais jamais trouvé la force de répondre. « Psst… psst… Zadig, tiens. » Peu intéressé par le cours, je m’étais mis à somnoler jusqu’à ce qu’Annabelle ne me réveil. Discrètement, j’attrapais le papier qu’elle me tendait sur lequel était écrit :
on se voit à la pause mon tennisman adoré ? Amusé, je souriais légèrement à la jeune femme qui me regardait avec insistance. Déjà à l’époque j’avais du succès avec ces dames.


~ i wanna loose control.

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m0uqweYode1qkjfdso1_500Deuxième set de la partie, le soleil tapait fort à cette heure avancée de l’après midi. J’essuyais le filet de sueur coulant sur mon front avec le bandeau éponge qui se trouvait à mon poignet avant de serrer un peu plus fort ma raquette prêt à recevoir le service de mon adversaire. Il s’agissait d’un joueur de seconde zone, ce n’était pas un gars bien compliqué à affronter. Partant au quart de tour, j’amortissais son service lui renvoyant la balle avec une adresse qui en rendait jaloux plus d’un dans ma catégorie. J’avais beau être très fin et n’avoir pas l’air très musclé, l’image que j’offrais n’avait aucun rapport avec ma maitrise et ma force sur un court de tennis. L’échange ne dura pas longtemps et c’est avec aisance que je tirais mon épingle du jeu écrasant un peu plus mon adversaire. Le second set ne dura pas bien longtemps et, après une courte pause, nous étions déjà de retour sur le terrain sous les applaudissements du public. Amusé et bien trop habitué à ce genre d’attention à mon égard, je fis une courbette qui n’amusa ni l’arbitre, ni mon adversaire et encore moins mon père. Je me préparais alors à servir sous le regard brûlant de mon père. J’avais perdu trop de point à son goût, déjà pendant la pause il m’avait chambré pour ne pas être resté concentré. Préparant mon service, mon regard fut attiré par la vision de mon père parlant avec un inconnu qui me déconcentra. Je ratais mon service sous le regard empli de colère de mon paternel qui était prêt à manger sa casquette : « Zadig ! Mais qu’est-ce que tu fous ! Concentres toi espèce de… » « Monsieur, ne troublez pas le match s’il vous plait. » Heureusement que l’arbitre l’avait arrêté, sinon je me serais chargé de le remettre à sa place. Je n’en pouvais plus, il m’était devenu impossible de subir les plaintes répétés de mon paternel qui n’était jamais content. J’avais beau tout gagner, faire tout ce qu’il me disait, il arrivait encore à se plaindre. Je mangeais trop, je ne mangeais pas assez, je ne m’hydratais pas comme il fallait, je n’économisais pas mon énergie. Quand j’étais enfant, je le subissais un léger sourire aux lèvres, prêt à tout pour rendre mes parents heureux. J’allais faire tel pub sous le regard plein de fierté de ma mère, je m’entrainais encore sous les insultes de mon père. Je faisais tout pour être l’enfant qu’ils rêvaient que je sois, mais avec l’âge je n’arrivais plus à le subir. C’était trop de contraintes, il était où Zadig dans tout ça ? Le vrai Zadig ? J’étais où moi entre les rêves de mes parents ? Je n’existais pas, je n’existais plus. Je m’en fichais d’aller aux soirées les plus huppées de mon bahut, de me taper la gymnaste la plus sexy du lot, j’avais envie de faire autre chose. C’est à cet instant là que la balle frôla la tête de ma raquette pour venir s’écraser plus loin. Mon adversaire lâcha un grand soupir de soulagement alors que mon père se levait : « Tu fou quoi ? Tu mérites pas d’être sur ce terrain ! » N’en pouvant plus, je me tournais vers mon père qui fulminait sous les yeux étonnés des autres personnes du public : « Quoi ? Tu veux venir jouer à ma place ? Hein, tu crois que tu pourrais faire mieux ? » Mon père toujours debout arracha sa casquette de sa tête, signe qu’il était vraiment en train de péter un plomb. « C’est pas compliqué tu ne fais que de la merde ! » « Messieurs, cessez vous perturbé le bon déroulement du match. » J’en avais rien à faire de cet arbitre à la con, il n’y avait que moi et mon père pour le coup. Moi et ce gars qui croyait pouvoir me manipuler comme la marionnette que je n’étais pas. « Vraiment ? Alors pourquoi c’est moi le gars qui tient la raquette et toi le con qu’est obligé de faire l’entraineur ? Si t’avais eu le talent peut-être que t’aurais pu en faire ton métier, mais t’as jamais été qu’un joueur de seconde zone. » « Retires ce que tu viens de dire petit con. Sinon tu vas voir ! » « J’abandonne, c’est bon, j’arrête. » Levant les bras, je fixais l’arbitre qui ne savait vraiment pas comment gérer la dispute qui se déroulait sous ses yeux. « Remonte sur ce terrain, empoignes ta raquette et fini ce match Zadig Ethan Beauregard, sinon tu… » M’énervant un peu plus, j’éclatais ma raquette au sol avant de couvrir la voix de mon père en criant : « La ferme. Je me casse, c’est tout. » Sans plus un mot, j’attrapais mon sac avant de sortir du court sous les yeux hagards de l’assistance. C’était le second match que je perdais depuis que j’avais commencé le tennis.


~ Dans la mélancolie je me noie en enfer.

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m0jwuiaprl1qk8lwlo1_500
Je venais d’avoir mes dix huit ans, l’âge adulte. J’allais enfin pouvoir me prendre en main, j’allais enfin jouer dans la cours des grands. J’attendais cela avec impatience depuis des années. Ce soir là j’avais bu pour la première fois. Une amie m’avait invitée à venir boire un verre chez elle et la soirée avait dégénérée. On avait fini dans sa chambre, le canapé dans la piscine, la maison sans dessus dessous. Les autres personnes qu’elle avait invité étaient devenu fou et j’avais l’impression que moi aussi je devenais cinglé sous ses lèvres enflammées. J’avais finalement décidé de partir vers une heure du matin, préférant être chez moi au petit matin plutôt que de voir mon père m’harceler de coup téléphonique. J’avais enfilé ma veste de moto, j’avais attrapé mon casque alors que plusieurs gars déchirés tentaient de me retenir : « Mec, t’es bourré fait pas ça. » Regardant l’épave qui me parlait d’être bourré alors qu’il tenait même plus debout, je me mettais à rire légèrement alors que je sortais mes clés de ma poche. J’étais légèrement éméché, ça allait, j’avais juste un peu envie de rire pour n’importe quoi, juste un peu.
Chevauchant ma moto, je me baladais hors de Montreal pour me vider l’esprit. J’étais ivre de vitesse, le vent caressait avec délicatesse mon torse à travers mon t-shirt alors que je criais des choses incompréhensible sous mon casque. Accélérant encore et toujours, je négociais toujours à un cheveu prêt les tournants et les méandres que la route formait. Je me sentais vivant, j’étais vraiment con à rouler au milieu de la nuit en gueulant dans mon casque des trucs que personne ne pouvait entendre, mais je me sentais vivant et dieu que ça faisait du bien. Un tournant en épingle à cheveu me fit face plus rapidement que ce que je l’avais prévu, je pensais à freiner avant de finalement accélérer en hurlant à plein poumon. Contre toute attente, je n’allais pas m’écraser dans le ravin plusieurs mètre plus bas, je pu continuer ma route complètement dingue sur une centaine de mètres encore. C’est alors qu’un éboulement de cailloux rendant la route peu praticable décida de me couper net dans ma lancer. Je n’eu pas le temps d’accélérer, ni même de faire une quelconque manœuvre. Les pneus de ma bécane se sont mis à glisser sur le bitume avant que je ne me fasse expulser de l’engin fou. Roulant au sol, j’avais les yeux grands ouvert, j’étais le témoin privilégié de ma chute, de ma fin. Je me délectais de ma fin, incapable de détourner les yeux de ce spectacle horrible. Je ne sais dire si j’ai sentis mon t-shirt se déchirer à cause du frottement entre lui et le sol. La peau de mon torse rencontra ensuite le bitume se laissant entamer par la caresse meurtrière de ce dernier. Mon casque ne tint pas le coup, ma tête m’envoya valser dans les étoiles avant même que je n’arrête ma course au beau milieu de la route. Alors qu’un crépuscule éternel se refermait sur moi.

Quand je me suis réveillé, j’avais l’impression que je venais de vivre un film. Le genre avec pleins d’effets spéciaux et une belle fille qui arrive à la fin. Je ne sais pas ce qui me prenait à penser comme cela, mais j’en avais l’impression. Toutefois, tout ce que je remarquais c’était l’odeur nauséabonde de désinfectant qui émanait de toutes les choses m’entourant, à part peut-être le parfum délicat de fleurs de lilas. Incapable de rester en place, je me redressais dans ce qui devait être mon lit d’hôpital, me rendant compte que le film que je croyais avoir imaginé dans ma tête était certainement vrai. Ma première réaction fut de m’agiter dans tous les sens en appelant quelqu’un n’importe qui. Voyant que personne ne venait, que personne ne répondait, je me calmais avant d’entreprendre de trouver ce qui m’empêchait d’ouvrir les yeux. Tâtant fiévreusement mon crâne, je découvrais l’attache d’un pansement. Je m’étonnais de voir à quel point j’arrivais à récupérer d’informations rien qu’en effleurant le tissus des doigts, je n’étais pas du genre à jouer à des jeux dans le noir et je n’étais pas très doué pour reconnaître des choses rien qu’en les touchant. Pourtant, j’étais parfaitement capable de reconnaître la couche extérieure de mon bandage. Avec agilité, je le défaisais, pourtant, je ne voyais toujours pas. Je me mis alors à effleurer mon visage tout en commençant à paniquer. Qu’est-ce qui se passait ? Est-ce que quelque chose n’allait pas ? Je devais être en train de rêver. Tombant sur deux compresses pressées sur mes yeux, je les retirais rapidement avant d’ouvrir bien grand mes yeux. Sur le coup, j’avais l’impression d’être un enfant déçu, de ceux à qui on promet une glace énorme et à qui on offre un glaçon à moitié fondu. Mes yeux étaient grands ouverts, j’en étais certain, je venais de passer trois fois ma main devant mon visage, pourtant je n’y voyais pas plus que si je m’étais retrouvé enfermé dans une cave pas éclairé. C’est alors qu’une forme se matérialisa, enfin une forme c’est un bien grand mot, il s’agissait plus d’un mouvement incompréhensible troublant ce qui restait de ma vision. « Monsieur Beauregard, je suis votre médecin, le docteur Laverdure. » Tâchant de retrouver la tâche qui m’avait alerté de sa venue précédemment, je ne discernais rien dans les ombres m’entourant. « Qu’est-ce qui m’arrive ? Ca va partir vite j’espère, je dois jouer un match samedi et il faut que je sois prêt… » « Je crains monsieur que vous ne puissiez plus jouer, ou même… voir. » Je ne saurais dire quel grimace tordue se peignit alors sur mon visage. J’étais troublé, heureux, malheureux, triste, dévasté et incroyablement soulagé. Je ne comprenais rien aux sentiments qui s’agitaient en moi. Qu’est-ce qui se passait dans ma tête, c’était quoi cette blague ? « Vous avez eu un accident, en percutant le sol, votre casque de moto vous à protégé le crâne, mais la visière de celui-ci n’a pas tenu. Des éclats se sont fiché dans vos yeux, nous avons fait de notre mieux pour les retirer, mais vos yeux étaient trop touchés. » Incapable de savoir où regarder, je ne savais plus voir de toutes manières, je tournais ma tête doucement dans tous les sens. C’est alors qu’avec une voix totalement désincarnée je soufflais : « Trop touchés, comment ça ? » J’entendis le tissus de la blouse de mon médecin se froisser alors qu’il s’asseyait certainement dans un siège proche de moi. « Nous ne savons pas dire exactement l’étendue des dégâts, au mieux votre vision vous permettra de remarquer les déplacements qui se font autour de vous, au pire vous ne verrez jamais plus rien. » « Vous voulez dire que toute ma vie je serrais entouré d’ombres informes qui une fois qu’elles arrêtent de bouger se dissipent dans le décor ? » Le silence que m’offrit mon médecin fut plus éloquent que le oui à moitié avalé qu’il m’offrit. Les ténèbres s’étaient refermés sur moi et bien malgré moi, j’étais obligé d’entrer dans le crépuscule de ma vie.


~ wish I could find a way to wash away the past.

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_ltn3i5xnN91r4kbe8o1_500Le temps s’était écoulé. J’avais consommé ma douleur comme je pouvais. Je l’avais bu, je l’avais fumé, je l’avais avalé. Tout mon être n’était plus que douleur et j’étais prêt à me laisser un peu plus avaler par cette dernière lorsque mes parents décidèrent de m’imposer un chaperon. Ne pouvant le refuser, je me retrouvais suivi par un larbin à la con qui semblait ne pas apprécier son rôle plus que ça. La plaie. Par la même occasion je me décidais à sortir de ma trop douce léthargie. Avec l’argent que j’avais remporté années après années, j’ouvrais un petit studio d’enregistrement. Grâce à mes vielles connaissances dans le milieu de la pub, j’arrivais à contacter des gars dans le monde dans la musique. Après un an et demi de travail, j’ouvrais finalement mon label et mon studio d’enregistrement. Je m’en foutais de gagner du fric, tout ce que je voulais c’était faire de la musique, je voulais un truc qui me retourne les tripes, qui m’écorche le cœur et m’explique pourquoi j’étais encore vivant. J’avais besoin d’un but, besoin de quelque chose pour donner un sens à ce qui m’arrivait.
J’avais décidé, sur un coup de tête, de faire afficher dans la vie des affiches annonçant un casting énorme. Je cherchais un chanteur, une chanteuse, musicien, musicienne, auteur, compositeur. Je m’en fichais, je voulais un artiste à produire, quelqu’un qui me fasse hérisser les poils des bras et qui me dise pourquoi on vit. Cela faisait des semaines désormais que j’écoutais des artistes, des groupes, des chanteurs solos, des musiciens en tout genre. Je les écoutais, j’enregistrais, je les renvoyais. Mon larbin subissait avec moi les bons et moins bons artistes qui se présentaient à nous. Subissant une énième chanson grinçante je renvoyais le groupe d’idiots qui me faisait perdre mon temps avant de tâtonner sur la table de mixage pour attraper mon café. J’entendis alors une nouvelle personne s’installer dans la salle d’enregistrement, d’un léger effleurement des boutons qui me faisaient face, je repérais celui enclenchant mon micro : « Vous pouvez y aller. » Le silence dans cette partie du studio m’étonnait, généralement la plaie que je devais supporter faisait un comportement idiot sur l’apparence ou le maintien de la personne qui se tenait devant nous comme s’il ou elle passait un examen. Prêt à dire quelque chose, la voix de la personne qui s’avéra être une jeune femme me cloua sur place. Silencieux, je me laissais bercer par la guitare caressante qui m’effleurait à peine alors que la voix de l’inconnue était en train de m’exploser le cœur. Incapable de me retenir, je posais mes coudes sur mes genoux avant d’enfoncer ma tête dans mes mains. Je l’avais trouvé. Cette voix. Cette foutue voix qui pouvait changer quelque chose. Cette voix qui me donnait l’impression que le monde n’était pas aussi noir que je pouvais le voir. Prenant une longue inspiration je savais qu’elle était belle cette fille. Je savais que même si elle était petite ou grosse, ou pleines de tâches de rousseurs ; même si elle avait les dents de travers, que ses cheveux étaient en bataille et que son regard était bigleux, je savais qu’elle était magnifique. Sa voix semblait le murmurer à mon oreille, les craqûres dans cette voix étaient en train de m’arracher à l’horreur de mon esprit. Je sortais enfin de la prison que la disparition de ma vision m’avait construite. Me redressant, bien malgré moi je me mettais à danser comme un idiot heureux. Heureux de l’avoir trouvée elle et pas une autre.
« Comment elle s’appelle ? » Mon larbin adoré, dont je ne savais rien depuis le temps qu’on se fréquentait, alluma le micro avant de lui demander : « Thea. Vous ne lisez pas les fiches que vous avez obligés à remplir tous les participants ? » Amusé, je souriais avant de me tourner vers la porte du studio. Avec agilité je me dirigeais vers cette porte, ma main tendue vers elle pour ne pas me la prendre de pleine face. Sans aucun tact, je m’époumonais dans le petit hall de mon minuscule studio pour annoncer que les auditions étaient finies. Une fois que j’eu refermé la porte sous les plaintes des participants qui n’avaient pas eu leur chance, j’entendis quelqu’un cogner la vitre. « Au lieu de me laisser planter là comme une idiote, dites moi, je peux vous rejoindre vu que j’ai gagné ou quoi ? » Souriant, je retrouvais ma chaise faussement plein de confiance, mes mains tâtant tout de même mon environnement en discrétion pour ne pas afficher ostensiblement mon absence de vision. « Tu rentres chez toi et tu reviens demain, dix heures t’as pas le choix si tu veux sortir ton album. » Jouant l’indifférence, j’attrapais mon paquet de clope dans ma poche avant que le larbin ne s’approche de moi pour m’allumer ma cigarette. « Tu te donnes vraiment un genre à la con. »


~ the pain defining me is holding me lifeless.

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500« Holding on a spark, can’t find my way home through the dark. No light to follow » Grattant les cordes de ma guitare, j’avais du me battre pour pouvoir en rejouer. D’abord mettre des repères sur celle-ci pour savoir sur quelle case ma main gauche se trouvait avant de maîtriser un geste parfait à la main droite qui me permettrait de gratter les cordes comme il fallait. Je m’étais battu, mais j’y étais arrivé. Continuant à entonner la chanson que j’avais composée quelques années plus tôt déjà, je jouais seul, enfermé dans le noir du studio. Ca ne me servait à rien d’allumer la lumière de toute manière, je n’y verrais pas plus clair de toute manière. J’étais en train de chanter la vue qui m’avait été volé lorsqu’une voix sorti des baffles. « Ca te prends souvent de t’enfermer dans le noir pour jouer ? » Soupirant énervé, je tâtonnais pour retrouver l’étui en cuir dans lequel je voulais ranger ma guitare. Thea ouvrit alors la porte et alluma la lumière, sans que le décor ne change à mes yeux. « T’es aveugle ou quoi ? Il est juste là l’étui. » La jeune femme attrapa alors ma guitare pour la ranger, cependant je n’entendis plus ses vêtements se froisser, elle devait s’être arrêtée. « C’est quoi les reliefs sur ta guitare ? C’est le design ou… » Détournant mon visage, j’agitais mon bras en sa direction pour récupérer ma guitare. J’avais volontairement évité tout contact avec Thea pour ne pas avoir à m’expliquer. J’en avais marre de la pitié du monde, je voulais pas qu’on me prenne en pitié, j’étais pas un pauvre chien laissé sur le bord d’une route, j’avais rien d’un gamin égaré. Quoique, si en faite, j’avais tout du pauvre gamin égaré, je ne voulais juste pas me l’avouer. « Sans ça, je saurais pas jouer. » Je me remettais à tâtonner avec la main de la jeune femme ne s’attarde sur la mienne, son odeur était forte, un mélange de jasmin et lilas. Je n’avais jamais été en contact avec elle autrement qu’à travers une vitre. Grâce à son aide j’arrivais à ranger ma guitare alors qu’elle s’installait au sol, ne prenant pas la peine d’aller chercher un autre tabouret. « Pourquoi vous m’avez pas dis que t’y vois rien ? » Riant légèrement, j’haussais les épaules avant de frotter mes mains l’une contre l’autre. « Pour que tu ne poses pas de questions à la con comme t’en as l’habitude peut-être. » Sa main s’abattit avec légèreté contre ma jambe comme pour me réprimander alors qu’elle soufflait : « Ca c’est un coup bas monsieur Zadig ! » Un sourire étira mes lèvres alors que j’hochais négativement la tête. Je l’aurais bien bousculé aussi, mais j’avais trop peur de lui faire mal sans le vouloir : « Quand tu m’appelles monsieur, utilises au moins mon nom de famille. Monsieur Beauregard, ou alors Zadig. » J’entendis alors ses vétements se froisser encore, ses mains se posèrent sur mon visage sans que je ne m’y attendes. « Zadig Beauregard, le tennisman idiot qui s’est craché en moto. C’est vrai que quand on fait attention, on peut voir quelques cicatrices. » Posant mes mains sur ses poignets, je l’obligeais à lâcher mon visage alors de poser mes yeux aveugles sur ce que j’imaginais être son visage, je ne savais pas trop bien ce que je regardais. « On t’as déjà dis que tu avais un tact à toutes épreuves ? » « Si j’étais dans ton cas, j’aimerais pas qu’on me ménage. » Prenant une longue inspiration, je ne pouvais qu’acquiescer. C’était la première qui semblait comprendre ça aussi rapidement. J’en pouvais plus qu’on me traite comme un infirme. Je ne voyais peut-être plus, mais je n’avais pas besoin d’être assisté en permanence. J’avais besoin d’être seul, besoin qu’on me foute la paix de temps en temps. J’avais besoin de liberté. « Merci. » Fut la seule chose que je su souffler avant de lâcher ses mains et d’entendre la porte claqué une fois qu’elle me laissa à nouveau seul, dans le noir.



Dernière édition par Zadig Beauregard le Dim 6 Jan - 8:56, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bowie David

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_mhmi8cZq5S1qdstzeo1_500
postes : 307
avatar : Karen Godess Gillan
âge du personnage : 23
date d'arrivée : 01/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:07

BEAUREGARD, AH MAIS T'ES SÉRIEUX, TU VEUX QUE JE T'ÉPOUSE ?!
Bienvenue. Pardon de t'agresser. C'est juste, AHS quoi. Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1490946511 Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1783699097

_________________

"Maybe none of us really understand what we've lived through."
Je voulais chasser tout ce qui dénaturait la vie, pour ne pas, au soir de la vieillesse, découvrir que je n'avais pas vécu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:08

Tu aimes AHS, tu reconnais le clin d'oeil, épouses moi Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1414813443 Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 2200539846

_________________
didn't you see the fire ?
My love is in the water, my love is out to see. It sinks among the fishes, it floats away from me. You warn me of the coming of the fall you warn me of the ending of it all. My love is in the stillness, my love is in the void. It fades into the blackout and it shrinks beneath the noise. . ❞ © CJ.POMME'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bowie David

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_mhmi8cZq5S1qdstzeo1_500
postes : 307
avatar : Karen Godess Gillan
âge du personnage : 23
date d'arrivée : 01/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:11

JE LE VEUX Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1414813443
T'as vu l'épisode de jeudi dernieeeeeeer ? LA BITCH DE NONNE ! Ah ! Mais je vais me faire taper sur les doigts si je floode. On reparlera de tout ça quand je viendrai te réclamer un lien Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 13909970 I love you

_________________

"Maybe none of us really understand what we've lived through."
Je voulais chasser tout ce qui dénaturait la vie, pour ne pas, au soir de la vieillesse, découvrir que je n'avais pas vécu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queen E. Wellington

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 458558petit1
postes : 802
date d'arrivée : 30/12/2012
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:20

Bienvenue parmi nous I love you

_________________
2 mots. 7 lettres. Dis les moi, et je suis à toi.
À ce moment précis, il y a 6 470 818 671 personnes dans le monde. [...] Six milliards de personnes, six milliards d’âmes, et parfois, il ne vous en faut qu’une seule...
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
+ I'M IN A RAGE
Guillaume Beauchamp

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m6ayhdssKM1qliqtvo2_250
postes : 1018
avatar : Colton Haynes
votre autre vous : Lexie
âge du personnage : vingt cinq ans
date d'arrivée : 22/12/2012
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:33

Bienvenue parmi nous Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071 contente de te voir sur le forum :D
Et puis Josh, un des hommes de ma vie, il est tellement parfait Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 2200539846

_________________

Skyfall is where we start
A thousand miles and poles apart
I like big butts and I can not lie. You other brothers can’t deny, that when a girl walks in with an itty bitty waist. And a round thing in your face. You get sprung, wanna pull out your tough, ‘Cause you notice that butt was stuffed. Deep in the jeans she’s wearing.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://faire-le-cameleon.forumgratuit.ch
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 21:56

Bowie, bien sur que je l'ai vuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu... mais trop je la supportais pas c'te nonne Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 13909970

Merci Queen Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071

Merci Guillaume, ouais Josh est trop sexy Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1189120589 Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1783699097

_________________
didn't you see the fire ?
My love is in the water, my love is out to see. It sinks among the fishes, it floats away from me. You warn me of the coming of the fall you warn me of the ending of it all. My love is in the stillness, my love is in the void. It fades into the blackout and it shrinks beneath the noise. . ❞ © CJ.POMME'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

❝ Invité
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 22:23

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptySam 5 Jan - 23:32

Merci Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071

Je pense bien que ma fiche est terminée, sorry j'ai fait un roman Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 1095199719

_________________
didn't you see the fire ?
My love is in the water, my love is out to see. It sinks among the fishes, it floats away from me. You warn me of the coming of the fall you warn me of the ending of it all. My love is in the stillness, my love is in the void. It fades into the blackout and it shrinks beneath the noise. . ❞ © CJ.POMME'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidhàn N. Collins

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_me0xukSJwc1ryddha
postes : 1240
avatar : Sebastian Stan
votre autre vous : Ethaninou J. Wildounet
âge du personnage : 28 ans
date d'arrivée : 31/12/2012
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptyDim 6 Jan - 0:03

BIENVENU Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071

Tout me semble parfait :3 je te valide donc, amuses toi bien parmi nous Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071

_________________
You are the hope that keeps me trusting
« And how can I stand here with you and not be moved by you. Would you tell me how could it be any better than this. You're everything... Everything You're all I want. You're all I need. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zadig Beauregard

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
postes : 22
date d'arrivée : 05/01/2013
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} EmptyDim 6 Jan - 0:07

Merci Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} 388342071 jouer hola

_________________
didn't you see the fire ?
My love is in the water, my love is out to see. It sinks among the fishes, it floats away from me. You warn me of the coming of the fall you warn me of the ending of it all. My love is in the stillness, my love is in the void. It fades into the blackout and it shrinks beneath the noise. . ❞ © CJ.POMME'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé
fait le caméléon



Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty
MessageSujet: Re: Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}   Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Somebody's voodoo's got me binded to you {josh beech}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bloc de couteaux Voodoo] by Raffaele LANELLO
» Voodoo lily
» Porte-couteaux Voodoo
» Porte couteaux Voodoo
» Porte couteaux Vodoo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: II - NEVER LET ME GO. :: born this way :: fiches validées-