AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

postes : 350
avatar : julian schratter
votre autre vous : no.
âge du personnage : vingt-deux ans.
date d'arrivée : 03/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Jeu 3 Jan - 22:53



certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment. feat annaé y. tremblay

Le réveil qui reposait sur ma table de nuit indiquait quatre heures. Encore une fois, j'avais eu la brillante idée d'aller faire la fête en boîte hier soir et je n'avais mis les pieds dans mon lit qu'à deux heures du matin. Et, en plus de ça, il était prévu que je me lève à sept heures pour pouvoir aller à la fac. Je dis bien prévu, puisque je me doute qu'en me levant, je ressemblerais à une épave et que je n'aurais toujours pas décuvé. C'est ce qui s'appelle les joies de l'alcool. Néanmoins, je comptais profiter du peu de sommeil que cette nuit m'offrait et j'étais donc endormi, bien au chaud dans les bras de Morphée. Jusqu'à ce que mon téléphone se mette à sonner. J'ignorais, pensant que ce n'était qu'un message et, surtout, que ce n'était pas réel mais que ça restait dans mon rêve. Mais la déception se fit rapide lorsque le portable continuait de sonner, et de plus en plus fort. Avec douleur et accompagné de plusieurs gémissements, je m'extirpais donc des bras de Morphée et attrapais mon portable qui s'éclairait sous l'appel de.. Je jetais un coup d'oeil rapide à la personne qui me dérangeait si tard. Bien sur ! Il ne pouvait s'agir que d'Annaé, j'avais la forte impression que cette fille ne dormait jamais. Sa passion ? Me réveiller en pleine nuit, jamais pour un truc urgent. Non, faut croire qu'elle s'ennuie à des heures totalement anormales. Mais bon, que voulez vous, cette fille était trop adorable pour que je lui refuse quelque chose, même à une heure pareille. Cette fille était spéciale. Non, elle n'était pas folle.. Enfin, vu que je me trouvais prêt à répondre à l'un de ses appels à quatre heures du matin, ça restait à prouver. Elle avait juste un don, c'était un truc de fou, elle pouvait me comprendre en un regard. Ce qui était dur, même ma propre soeur n'en était pas capable. Mais, j'arrête de philosopher sur la vie, la sonnerie continue de résonner dans toute la pièce et la jolie brune à l'autre bout du fil doit s'impatienter, je glisse alors mon doigt contre mon écran, horizontalement, afin de décrocher et porte mon portable à mon oreille.
- Annaé ! Étonnant. Tu sais, certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, elles dorment !
code par (c) eylika. photo de tumblr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

postes : 115
date d'arrivée : 02/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Ven 4 Jan - 0:12

Timéo & Annaé.
BABY'S ON FIRE
3h34. Te voilà de retour chez toi, de retour dans ton petit appartement exiguë et sombre. Depuis toute petite, tu ne rêves que d'une chose, avoir un réel chez toi. Les maisons des résidences d'expatriés n'étaient à la foi ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait différentes. Des murs d'un blanc immaculé, de grands espaces souvent vides, l'odeur de ces meubles neufs, de ce nouveau décor. Au fond, tu n'as rien oublié. En arrivant au Canada, tu t'imaginais avoir un petit cocon douillet, au parfum de bougie et à la lumière tamisée, un réel havre de paix. Mais force t'ait été d'admettre que pour l'instant, la décoration de ta première acquisition n'avait pas été l'une de tes priorités. D'une volatilité insouciante, tu passais très peu de temps chez toi et y fréquentais seulement ton lit et la petit kitchenette. Doucement, tu tournas la clé dans la serrure presque antique. Un léger bruit se fit entendre, et tu appuyas par la suite sur la poignée en essayant d'étouffer le bruit de la porte en bois massif. Tu ne voulais pas risquer de froisser ton voisinage. Même si ton appartement ne te ressemblait pas, le bordel qui y régnait était au moins à ton effigie. Tu enjambas le tas de chaussures qui avait pris domicile dans ton entrée et allas, d'un pas nonchalant, te vautrer dans ton canapé, laissant tomber à côté de toi ton sac. La soirée avait été exténuante. Danseuse dans l'un des bars de la ville, tu avais enchainé les prestations sans, au contraire de d'habitude, prendre du plaisir. Tu avais la tête ailleurs, loin de l'ambiance enfumée qui y régnait. Les mouvements t'étaient apparus comme des efforts à fournir, et ta créative débordante n'avait pour le coup, pas été au rendez vous. D'un coup de pied énergique, tu envoyas valser ta chaussure qui raisonna sur le parquet, avant de t'attaquer à l'autre pied. Oubliant toutes tes résolutions de bonnes voisines, tu attrapas la télécommande de ta chaine hifi et lança l'un des tes cds préférés. Modulant tout de même le volume pour ne pas affoler la foule, tu te redressas énergiquement et laissas tomber à tes chevilles le vieux jogging que tu avais enfilé pour traverser la ville après ton travail. Un léger frisson parcouru ton corps et laissa place à un début de chair de poule sur tes jambes dénudées. Te voilà maintenant en petit shorty noir moulant. Tu commenças alors à esquisser de petits mouvements de danse, laissant ton corps s'en aller. Il en fut ainsi pendant plus d'un quart d'heure, puis, après t'être réchauffée, tu retrouvas ta place sur ton sofa.

Les jambes serrées contre la poitrine, tu plongeas ton appartement dans un silence mortuaire et te mis à songer. A tendance insomniaque, tu n'étais clairement pas résolue à te coucher. Tu ne pouvais supporter ces nuits à fixer le plafond, attendant que quelque chose se passe dans le plus grand ennui possible. Il t'arrivait donc généralement d'enfiler hâtivement une paire de chaussures et de sortir. Sortir quelque part, sortir nul part. Tu n'en savais rien. Il t'arrivait de marcher une heure durant, sans but précis, à seulement écouter la vie nocturne de la ville. Puis arrivait le petit matin, la rosé encore gelée, les oiseaux hagards et les premières voitures. Tu savais qu'il te fallait maintenant rentrer chez toi, pour ensuite aller à tes cours de sociologie. L'esprit embrumée par cette somnolence, tu te résolvais cependant toujours à assister à tes cours. Tu avais le droit de faire n'importe quoi de ta vie en dehors, mais pas en cours. Tu aspirais à réussir. Mais cette fois tu n'avais pas envie de passer cette nuit seule, cela faisait maintenant quelques mois que tu t'étais trouvé un compagnon d'infortune. « Trouvé » est un bien grand mot, tu l'obligeais plutôt à te suivre dans tes virées nocturnes. Vous étiez plutôt du genre laconique, les grandes conversations sur la philosophie de la vie étaient très peu pour vous. Ce que tu préférais toi, c'était de braver les dangers avec lui, de vagabonder dans la ville à la recherche d'un nouveau moyen d'assouvir ton envie d'ailleurs, ton envie de conneries, d'expériences. C'était cela que tu aimais. Et ceux, avec Timéo.

Tu empoignas alors ton portable que tu avais posé sur la table basse, et tapas machinalement le numéro du jeune homme, que tu, au fil du temps, connaissais par coeur. Le premier bip se fit entendre, puis le second, suivit du troisième. Timéo n'était décidément pas très réactif, et tu ne pouvais cependant pas le lui reprocher, étant l'horaire de ton appel. C'est au bout du quatrième bip qu'une voix rauque et enraillée raisonna dans le haut parleur « - Annaé ! Étonnant. Tu sais, certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, elles dorment ! » « Épargnes moi ton sermon, je sais que tu n'es pas fou au point de perdre ton temps à dormir. » lui répondis tu en esquissant un sourire en coin qu'il ne pouvait, physiquement parlant, pas percevoir. Mais tu savais que ta voix traduisait cette touche d'ironie. « Vire moi ton pyjama dinosaure et rejoins moi au coin de ta rue dans dix minutes. Et ne me dis pas que tu es sorti en boîte et que tu es explosé. J'accepte plus cette excuse donc bouge tes fesses, la nuit nous attend » Tu raccrochas aussi sec, ne laissant pas au jeune homme le temps de protester.

_________________
    live fast, die young « vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

postes : 350
avatar : julian schratter
votre autre vous : no.
âge du personnage : vingt-deux ans.
date d'arrivée : 03/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Ven 4 Jan - 0:44

    Suite à ma remarque, la jeune femme protesta rapidement. « Épargnes moi ton sermon, je sais que tu n'es pas fou au point de perdre ton temps à dormir. » Un léger grognement de mécontentement s'échappa d'entre mes lèvres pincées pour résonner dans le silence de la pièce. Ce soir-là, si, je l'étais, fou. J'avais juste besoin de sommeil et de la chaleur de mon lit pendant les trois dernières heures qu'il me restait avant de devoir sauter dans ma douche, bien chaude, et d'émerger pendant les premières heures de cours. J'avais beau être étudiant en médecine, rester gentiment chez moi à revoir mes cours toute la soirée, puis me coucher à vingt-et-une heures en espérant avoir toutes mes heures de sommeil. Ne parlons même pas de mon comportement, je crois que si nous faisions un sondage au près des profs ou des autres étudiants, peu d'entre eux répondraient qu'ils m'ont déjà vu réveillé. J'aimais vraiment profiter de la vie et j'en avais l'occasion. Mais, vu mes études, je dirais plutôt que c'est un honneur. Je n'avais pas vraiment de lacunes et je n'avais pas besoin de réviser des heures durant pour être au point lors des partiels. J'avais beau dormir en cours et sortir la nuit, cela ne se reflétait pas dans mes résultats. Néanmoins, ça m'arrangerait d'avoir au moins quelques cours où je pouvais être présentable, comme ceux de demain, mais Annaé avait encore une envie folle et, comme à mon habitude, je ne refusais pas. « Vire moi ton pyjama dinosaure et rejoins moi au coin de ta rue dans dix minutes. Et ne me dis pas que tu es sorti en boîte et que tu es explosé. J'accepte plus cette excuse donc bouge tes fesses, la nuit nous attend » J'allais protester, sur le pyjama bien évidement, mais elle ne m'en laissa pas le choix. J'hallucinais, elle m'avait carrément raccroché au nez, m'obligeant à venir. Du moins, je savais que si je me rendormais, elle trouverait un moyen d'entrer par effraction chez moi pour me réveiller gentiment avec.. Qui sait, peut-être un seau d'eau bien froide.

    Je m'extirpais donc totalement de mon lit et jetais un coup d'oeil à mon "pyjama" qui, contrairement aux dires d'Annaé, n'était composé que d'un boxer.. Sans dinosaures, qui plus est. Tant pis si elle devait attendre, mais il me fallait une petite douche. En traînant les pieds, je finis par rejoindre la salle de bain et ôta donc mon seul habit avant de me glisser sous l'eau chaude. Je savais que cette douche allait être de courte durée, je pris donc soin d'en profiter autant que je le pouvais. C'est ainsi que je finis par en sortir cinq petites minutes plus tard, toujours dans un autre monde. Avec toute la rapidité que je pouvais fournir à une heure pareille, je me séchais et enfilait des habits propres. Revenant dans la chambre, j'attrapais mon portable, que je faisais glisser dans ma poche avec rapidité et ma veste que j'enfilais. Après avoir éteins toutes les lumières de mon appartement, je sortais dans le couloir de l'immeuble et fermais ma porte à clé.

    Nous y voilà. Il devait être dans les 4h35 et je me retrouvais seul, dans le froid de cette nuit hivernale, avec les cheveux encore à moitié mouillés. Je m'étais tellement précipité afin de ne pas arriver en retard que je n'étais pas assez couvert et, bien que je ne sois pas frileux, je sentais rapidement le froid prendre possession de tout mon corps. Le "coin de la rue" n'était qu'à deux-trois minutes de mon immeuble, mais ça me semblait une éternité jusqu'à ce que j'y arrive. Vraiment, il faudrait dire à Annaé que, quand les gens viennent de se réveiller au milieu de la nuit, ils ont un rythme de tortue, et encore. Je finis par y arriver, péniblement et jetais alors un coup d'oeil autour de moi. Elle n'était pas encore là, dire que j'aurais pu profiter de ma douche sensuelle encore quelques minutes de plus. Je glissais alors mes mains dans mes poches et m'appuyais contre un mur en attendant, jusqu'à ce qu'une silhouette féminine se rapproche de moi. « Tu sais, Annaé, si tu veux vérifier pour mon pyjama, on peut arranger ça.. » fut la première phrase qui s'échappa de mes lèvres accompagnée, bien entendu, d'un sourire en coin pour l'agacer encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

postes : 115
date d'arrivée : 02/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Ven 4 Jan - 23:58

A peine avais tu raccroché que tu t'étais déjà dirigée vers ta salle de bain. Dans un mouvement fluide et délicat, tu ôtas l'élastique de tes cheveux, laissant ta chevelure brune se déployer sur tes épaules nues. Tu cherchas frénétiquement ta brosse dans tout le fouillis qui régnait dans tes tiroirs et, une fois trouvé, commenças à la passez entre tes mèches. Pas très soigneuse de nature, tes cheveux étaient l'exception à la règle et tu adorais les chouchouter. Brillant et soyeux, ils étaient ce que l'on remarquait premièrement chez toi. Tu attrapas ensuite hâtivement un rouge à lèvre tirant vers le rouge cerise et l'appliquas machinalement sur tes lèvres délicates. Peu adepte des artifices, tu en conclus que tu étais fin prête pour sortir et quittas, toujours en sous vêtements la pièce. Tout en enfilant un jean noir qui trainait par là, puis un débardeur fin des plus banals, tu traversas ton appartement à la recherche de tes clés que tu avais, comme d'habitude, posée tu ne sais où une fois rentrée. « Putain » te murmuras tu à toi même. Pas un jour ne se passait sans que tu perdes quelque chose. Il te fallut bien cinq minutes avant de remettre les clés sur elle et d'enfiler tes chaussures ainsi que ta bonne grosse et belle doudoune, ta meilleure ami par ce rude temps. Tu verrouillas la serrure et dévalas quatre à quatre les marches de l'escalier en colimaçon de ton immeuble. D'humeur aimable, tu avais donné rendez vous à Timéo juste en bas de chez lui, ce qui n'était pas vraiment pour t'arranger. En effet, le jeune homme habitait à de bonnes minutes de marche de chez toi et tu n'étais définitivement pas en avance. Oh et puis il patientera, après tout, il était galant homme non ? Tu étouffas un léger rire à cette pensée. Timéo, galant ? A force de vous côtoyer, vous aviez appris à être réellement vrai l'un envers l'autre. Ensemble, vous ne jouiez pas un rôle. Dire tout haut ce vous pensez était dans vos habitudes, ainsi qu'un taquinement perpétuel. Dans un sursaut d'énergie, tu débutas de petite foulés, histoire d'arriver à l'heure et de, par la même occasion, te réchauffer.

C'est en tournant à la dernière intersection que tu aperçus la silhouette du jeune homme. Il était adossé sur un mur, le regard hagard. Tu ne pus t'empêcher d'esquisser un sourire, après tout, il aurait très bien pu ne pas répondre présent à ton appel. Tu freinas ta course, et repris lors des derniers mètres ta respiration. Il n'était pas question d'arriver haletante devant lui. « Tu sais, Annaé, si tu veux vérifier pour mon pyjama, on peut arranger ça.. » fût la première phrase qu'il m'adressa tout en affichant un sourire narquois en coin. Ainsi le pyjama dinosaure ne l'avait pas laissé de marbre. « C'est vrai qu'une pyjama party aurait était des plus tentantes, mais quel dommage, j'ai justement jeter mon pyjama poney il y a quelques jours » lui répondis tu avec un grand sourire sournois. « En tout cas , je vois que tu n'as toujours pas perdu ton humour Rosebury » rajoutas tu. Timéo avait toujours était comme ça, une provocation incessante qui pouvait agacer ou amuser. Dans ton cas, elle t'amusait fortement, la provocation était également ton domaine de prédilection. A petit pas, tu te rapprochas de lui et allas te positionner juste sous ses yeux « Dis, je sais que je t'ai réveillé à 4h, mauvais point, je sais que j'ai blessé ton ego avec les dinos, deuxième mauvais point, mais est ce que tu serais quand même sensible à ma petite moue innocente si je te demandais une cigarette ? » Tu n'avais pas réellement pour habitude de fumer en journée, lors des cours, mais la nuit, c'était ton petit plaisir quotidien. Tu avais cependant, en bonne tête en l'air que tu étais, oublié ton paquet. « Et puis viens, suis moi, faut que je te montre un truc » rajoutas tu tout en lui agrippant fermement le bras et en l'emmenant avec toi.

_________________
    live fast, die young « vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

postes : 350
avatar : julian schratter
votre autre vous : no.
âge du personnage : vingt-deux ans.
date d'arrivée : 03/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Dim 6 Jan - 12:25

La jeune femme s'était approché de moi et semblait avoir ralentit son pas, d'un coup. Lorsqu'elle se trouvait, elle répondit à la phrase que je lui avais lancé pendant qu'elle arrivait.« C'est vrai qu'une pyjama party aurait était des plus tentantes, mais quel dommage, j'ai justement jeter mon pyjama poney il y a quelques jours »
Je levais les yeux au ciel suite à sa réponse et décidait de continuer sur la même voie « Un pyjama ? Oh, mais tu sais, tu n'es pas obligé d'en porter un, toi. » « En tout cas , je vois que tu n'as toujours pas perdu ton humour Rosebury » Je secouais doucement la tête, et décidais de ne pas répondre, pour une fois. Je me contentais donc d'écouter ce qu'elle avait à dire. « Dis, je sais que je t'ai réveillé à 4h, mauvais point, je sais que j'ai blessé ton ego avec les dinos, deuxième mauvais point, mais est ce que tu serais quand même sensible à ma petite moue innocente si je te demandais une cigarette ? » En parlant de ça, je n'étais même pas sur d'avoir mon paquet, moi non plus. Néanmoins, suite à sa demande et parce que j'en désirais une également, je fouillais mes poches, aussi bien de mon jean que de ma veste, à la recherche d'un paquet. Après de longues secondes, je finis par en extirper un de la poche de ma veste, par chance. Je sortis deux cigarettes du paquet et attrapais un briquet qui, je le savais, traînait tout le temps dans la poche de mon jean. Je tendais donc sa cigarette à Annaé et plaça la mienne entre mes lèvres avant de l'allumer. Je n'eus pas le temps de profiter de la chaleur qu'elle dégageait que déjà la jeune femme m'agrippa le bras pour m'entraîner avec elle. « Et puis viens, suis moi, faut que je te montre un truc » Je grognais quelques peu, toujours pas vraiment réveillé et tirais sur ma cigarette en marchant. « Tu es obligé de précipiter les choses, on ne peut pas, par exemple, rester gentiment assis et profiter de la nuit ou.. Je ne sais pas, retourner se coucher? » Je savais déjà qu'elle n'allait pas apprécier ma remarque, néanmoins, j'étais vraiment fatigué et n'étais pas vraiment sur de tenir le coup jusqu'à l'endroit où elle voulait m'emmener.

hj : c'est horrible, désolée.

_________________
i'm fucking in love with you.
« Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. •• .unbreakable »


Dernière édition par K. Timéo Rosebury-Ells le Sam 2 Fév - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

postes : 115
date d'arrivée : 02/01/2013
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   Dim 6 Jan - 19:01

Après avoir fouillé dans à peu près toutes ses poches, Timéo te tendit une cigarette que tu t'empressas d'allumer. Calmement, tu inspiras une première bouffé que tu expiras quelques secondes après. La fumée se mêlait à celle de vos souffles, un ballet des plus orchestrés. « Tu es obligé de précipiter les choses, on ne peut pas, par exemple, rester gentiment assis et profiter de la nuit ou.. Je ne sais pas, retourner se coucher? » Tu plongeas tes yeux dans ceux de Timéo, prête à surenchérir, mais au dernier moment, tu te ravisas. Pour une fois, tu n'avais pas la tête à jouer à qui provoquera le mieux. Aujourd'hui avait été une journée de merde, c'était indéniablement, et tu ne te sentais pas d'humeur à batailler avec ton ami. Ou peut être est ce parce que tu n'avais, ce soir là, pas la repartie pour. Tu ne voulais pas lui offrir le plaisir de mettre KO, tu préférais donc arrêter ce jeu avant même qu'il ne commence. « Si tu veux tim, oui, on ira dormir dans un lit, mais pas maintenant, faut que je te montre quelque chose. » Tout en lui agrippant le bras énergiquement, tu l'entrainas dans ta marche rapide avant d'ajouter « Faut se dépêcher, c'est assez loin » Et c'est ainsi que pendant presque quarante minutes, vous traversâtes la ville encore déserte. Les rues, pour la plupart d'entre elles, étaient sans vie, seuls quelques habitants semblaient mener une vie nocturne. A de nombreuses reprises Timéo tenta de t'arrêter dans ta course, que tu lui expliques enfin ce que tu faisais. Simulant un arrêt sur chaque banc rencontrés lors du chemin, il ne te facilita pas la tâche. « Rosebury, fais moi confiance, ça en vaut le coup. Suis je vraiment du genre à te réveiller pour rien ? » le questionnas tu avec un once d'ironie dans la voix. Car oui, c'était bien ton genre. Une envie d'aller voir l'entrainement country des papis du coin, Timéo, une envie de faire une virée dans un bar strip teese, Timéo, manger une gaufre, Timéo, embêter les passants, Timéo. Timéo et encore Timéo. Tu n'étais pas du genre à exprimer clairement tes sentiments, mais il était l'un de tes amis le plus proche, celui avec qui tu te voyais tout faire, celui que tu avais envie de voir quand ça n'allait pas. Comme ce soir par exemple, il était bien l'un des seuls à t'accompagner dans tes virées nocturnes sans, pour la plupart du temps, grommeler. Mais ce soir, tu n'avais pas envie de faire de conneries, cela ne te ressemble pas, certes, mais tu te sentais lasse et le moral dans les chaussettes. Tu voulais juste être là, avec lui, à profiter de cet arrêt dans le temps, sans l'agitation frénétique de la ville.

Presque arrivés à destination, tu entrainas Timéo dans un immeuble, quelque peu délabré et qui ne payait pas de mine. Tel une gamine surexcitée, tu attrapas la main du jeune homme et commença, en petites foulés, à gravir les marches de l'escalier. Vingt trois étages plus tard et un bon point de côté en prime, vous arrivâtes devant une de ces portes blindées, aussi imposantes que lourdes. Lâchant la main de ton ami, tu peinas à pousser la porte jusqu'à ce que Timéo, d'un geste rapide, l'ouvrit en un seul mouvement. Une violente rafale de vent s'engouffra dans l'immeuble, balayant d'un seul coup tout tes cheveux. « Viens c'est par là » tu t'engouffras dehors, et tu ne pus retenir un sourire face au spectacle. Bien sûr tu étais déjà venue ici, une fois, il y a de cela une semaine, mais la vue n'en restait pas moins impressionnante, et cette fois tu avais quelqu'un avec qui la partager. Tu attiras Timéo près de toi et le prias de s'asseoir sur un bloc de béton, non loin du bord de l'immeuble. « On a l'impression de survoler la ville d'ici, tu vas voir, le soleil ne va pas tarder à se lever, c'est magique » A vos pieds s'étendait une multitude d'immeubles, plus bas que celui sur lequel vous étiez installés, les lumières s'allumaient et s'éteignaient, un réel jeu lumineux. Assise à côté de Timéo, tu posas délicatement ta tête sur son épaule, attendant tranquillement que le soleil vous offre un magnifique spectacle.

_________________
    live fast, die young « vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé
fait le caméléon



MessageSujet: Re: annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.   

Revenir en haut Aller en bas
 

annaé&timéo ▬ certaines personnes font quelque chose de fou la nuit, ils dorment.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: IV - HABITATIONS :: Immeubles-